samedi 18 novembre 2017

Manikanetish - Naomi Fontaine

Quatrième de couverture :

Une enseignante de français en poste sur une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers, celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux. Dans ces voix, regards et paysages se détachent la lutte et l’espoir.

Innue, Naomi Fontaine a publié Kuessipan en 2011, roman qui a connu un véritable succès. Manikanetish est son deuxième roman.


Manikanetish, c'est le nom d'une école de la réserve Uashat sur la Côte-Nord près de Sept-Îles. En lisant quelques articles sur ce roman, j'ai vite compris que l'héroïne, c'était Noami Fontaine elle-même. Elle a exercé son métier d'enseignante pendant quelques années à Manikanetish. Immédiatement, je me suis sentie interpellée car je suis également enseignante. Elle a certainement inventé quelques éléments en commençant par son prénom (Yammie dans le texte et non Naomi) mais d'autres semblaient totalement vrais. Je ne dirais pas que c'était gagné d'avance... mais presque.

J'ai aimé tout de suite l'écriture de Naomi Fontaine. Elle est simple et touchante. L'auteure sait parler de ses élèves avec respect, naturel et beaucoup de sensibilité. Il n'y a ni jugement ni pitié. Le quotidien sur la réserve n'est pas simple. Les mères adolescentes sont majoritaires dans la classe. Les dépendances de toutes sortes sont nombreuses. Le racisme, lorsqu'ils sortent de la réserve, est bien présent. Les idées suicidaires en guettent plus d'un. Mais, même si les sujets sont parfois difficiles, il y a de l'espoir. Il est présent même avec les choses qu'elle ne peut changer

Manikanetish est un tout petit récit intime qui a résonné fort en moi. 

Manikanetish - Naomi Fontaine
Éditions Mémoire d'encrier 2017
150 pages

samedi 4 novembre 2017

La maison hantée - Shirley Jackson

Quatrième de couverture :

Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n'est plus habitée par ses propriétaires. 

On la dit hantée. 

Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. 

C'est ainsi qu'Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. 

L'expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent...


Mon mois d'octobre a été plus occupé que prévu. Je croyais pouvoir lire au moins deux romans pour le Défi de l'Halloween mais finalement, j'ai eu du mal à en terminer un seul à temps ! Voici donc l'unique roman qui a été lu pour le challenge (dans un billet en retard). Il s'agit d'un classique fantastique de Shirley Jackson écrit en 1959 et adapté au cinéma plus d'une fois que l'on qualifie de chef-d'oeuvre du genre.

Dans toute la région, on raconte que Hill House est hantée. Cette demeure désormais inhabitée attire le inévitablement Dr. Montague qui effectue des travaux sur les phénomènes paranormaux. Il désire s'y rendre avec quelques convives. Tout commence donc avec les invitations du Dr. Montague envoyées à trois jeunes gens pour diverses raisons. Eleanor et Theodora auraient des facultés de médium alors que Luke sera l'héritier de la maison au cours des prochaines années. Ils répondent tous présents pour vivre une expérience à Hill House.

L'ambiance angoissante d'un huis-clos est bien rendue et le malaise est présent. Par contre, Je m'attendais à plus de ce roman. Je m'attendais surtout à frissonner davantage. Aussi, le récit est très lent. J'apprécie la lenteur dans certains romans mais cette fois, j'aurais aimé plus de péripéties. Les personnages ne m'ont pas particulièrement intéressée non plus. Ils sont plutôt désagréables et antipathiques. 

Bref, sans être une déception, ce ne fût pas le grand moment de lecture auquel je m'attendais malheureusement. 

La maison hantée - Shirley Jackson
Éditions Rivages 2016
270 pages

vendredi 27 octobre 2017

1922... à l'écran

Les fans de Stephen King sont comblés cette année. Pas moins de 5 adaptations sont déjà sorties : The Mist (Brume), Gerald's game (Jessie), It (Ça), The Dark Tower (La tour sombre) et 1922. J'ai lu plusieurs romans du maître de l'horreur mais je n'ai pas lu le recueil de nouvelles Nuit noire, étoiles mortes dans lequel se retrouve 1922. L'histoire de 1922 m'était donc complètement inconnue. La voici donc :

En 1922, un homme planifie de tuer sa femme qui désire divorcer et vendre la terre que lui a légué son père pour vivre en ville. Puisqu'il ne possède qu'une infirme partie de leur ferme, il devra se résoudre à quitter la campagne lui-aussi si elle part. Refusant de partir, il manipule son propre fils et le convainc de commettre l'irréparable avec lui. Mais après le passage à l'acte, tout s’effondre petit à petit, son existence bascule dans l'angoisse et la paranoïa.

1922 est principalement un drame psychologique mais il fait frémir aussi à certains moments (particulièrement si vous avez la phobie des rats). Thomas Jane, l'acteur principal, me faisait déjà peur au début avec son regard et sa voix très grave. Il faut le regarder en V.O. absolument, le doublage ne fait vraiment pas le même effet. Et il excelle pendant tout le film ! Il joue à merveille cet homme troublé qui perd graduellement le contact avec la réalité.

Le scénario tient la route (évidemment, c'est Stephen King quand même!) mais je m'attendais à quelque chose de plus à la fin. Elle n'est pas décevante mais sachant que c'est l'adaptation d'une nouvelle, je m'attendais à une chute plus surprenante. Quoi qu'il en soit, c'est un bon film. C'est dit !

vendredi 20 octobre 2017

Websérie : Terreur 404


Terreur 404 est une websérie disponible gratuitement sur la plateforme tou.tv composée de 8 épisodes d'une dizaine de minutes chacun. C'est parfait pour une soirée d'Halloween entre amis : deux ou trois épisodes en début de soirée pour se mettre dans l'ambiance, quelques uns avant le dessert et les autres pour bien terminer la soirée. C'est plus convivial que de regarder un long film de deux heures durant lequel personne ne se parle, non ?


Chaque épisode est indépendant mais un fil conducteur les relis tous : la technologie. Les clins d'oeil sont nombreux : Facebook, AirBnB, Tinder, etc. Comme des nouvelles, elles ont toutes des chutes surprenantes aussi. Le réalisateur Sébastien Diaz s'est associé aux auteurs québécois Samuel Archibald et William S. Messier pour les scénarios. Archibald est connu pour avoir écrit Arvida et plusieurs autres livres comme la novella Quinze pour cent. C'est aussi lui qui est derrière le texte de la pièce de théâtre Saint-André-de-l'Épouvante que je suis allée voir au printemps dernier. Je n'ai pas encore lu William S. Messier mais j'ai noté quelques uns de ses titres dont Le Basketball et ses fondamentaux. Vous reconnaîtrez sans doute plusieurs acteurs et actrices aussi comme Catherine Brunet, Guy Nadon, Bianca Gervais, Martine Francke Julianne Côté, etc.

Bref, j'ai eu beaucoup de plaisir à regarder cette série originale. Elle n'est pas trop glauque mais juste assez effrayante. J'ai aimé l'humour noir aussi. Les webséries semblent souvent être de moins bonne qualité mais ce n'est pas le cas de Terreur 404. Mes épisodes préférés sont Ma première morte et La maison des amants. J'aimerais bien une deuxième saison tiens !

mercredi 18 octobre 2017

Paper Girls - Brian K Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson & Jared K. Fletcher

 Résumé :

Au lendemain de la célèbre fête d'Halloween, la petite ville de Stony Stream, Ohio, s'éveille. C'est du moins le cas de Mac, KJ, Tiffany et Erin, quatre jeunes livreuses de journaux. La routine des tournées matinales est enclenchée, jusqu'au moment où leur itinéraire croise celui d'un groupe d'étranges individus encapuchonnés, violents et au langage inconnu ; et d'une mystérieuse machine dont tout semble indiquer qu'elle ne viendrait pas de la Terre... Une découverte qui pourrait bien changer leur vie à jamais.


J'attendais le mois d'octobre pour commencer cette série de bandes dessinées. L'histoire débute le jour de l'Halloween. C'est toujours plus facile de se mettre dans l'ambiance quand nous nous approchons réellement du 31 octobre. Paper Girls est une série de plusieurs tomes dont les 3 premiers sont traduits en français. On y suit quatre jeunes filles qui ont comme travail de distribuer à l'aube des journaux directement aux maisons. Le matin du 1er novembre 1988, leur vie changera à jamais lorsqu'elles font plusieurs découvertes étranges.

Paper Girls rappelle inévitablement la série Stranger Things. Ça se déroule à la même époque et les quatre jeunes filles qui se déplacent à vélo font penser les quatre garçons de la série. Les bandes de jeunes ont la cote en ce moment dans le monde horrifique de même que les années 80. En écrivant ces lignes, je pense également à la nouvelle adaptation de IT (Ça) de Stephen King qui est présentement dans les cinémas. D'ailleurs, le découpage de Paper Girls est très cinématographique.

J'ai beaucoup aimé le début, l'ambiance est superbe. J'ai également aimé le dernier tiers de l'album, on nous laisse sur un cliffhanger qui nous donne inévitablement le goût de lire la suite. Le tiers du milieu m'a paru plus brouillon. Les manifestations fantastiques sont nombreuses et il y a plusieurs éléments que je n'ai pas saisis. J'espère que le deuxième tome m'éclairera...



Paper Girls - Brian K Vaughan, Cliff Chiang, Matt Wilson & Jared K. Fletcher
Éditions Urban Comics 2016
160 pages

dimanche 8 octobre 2017

Halloween 2017

Comme c'est la tradition depuis maintenant 3 ans, je suis allée, avec une belle gang de braves, visiter le Village Hanté à Drummondville vendredi dernier. Il a l'avantage d'être situé à moins d'une heure de route de chez moi et il nous met toujours dans l'ambiance de l'Halloween. 

J'en profite également pour lancer mon Challenge Halloween 2017 organisé par Lou et Hilde chaque année. C'est une autre belle tradition qui perdure ! Je ne pourrai me joindre à toutes leurs activités mais je promets de parler d'au moins une BD, un roman (que je viens d'entamer), un film et d'une série d'ici l'Halloween. Pour le reste, nous verrons bien ! 

samedi 30 septembre 2017

Albertine ou La férocité des orchidées - Julie Boulanger et Amélie Paquet

Quatrième de couverture :

Trentenaire délurée et inaccomplie, Albertine Bouquet travaille comme écrivaine fantôme pour une polémiste réputée. Outre une affection incontrôlable pour les chats, Rambo et Hochelaga-Maisonneuve, elle porte un amour trouble à deux hommes aux antipodes l’un de l’autre, jusqu’à ce qu’elle rencontre Charlotte, qui pourrait brouiller les cartes. 

De nouveaux projets viennent alors modifier sa trajectoire jusque-là chancelante. Plongée dans une exploration conjointe du monde de la finance et du désir féminin, Albertine tâtera d’expériences sensuelles et intellectuelles de plus en plus indissociables. 

Résolument féminin et hautement provocateur, Albertine, ou La férocité des orchidées joue avec les codes de la littérature populaire et amuse avec esprit.


Lorsque j'ai débuté Albertine ou La férocité des orchidées, je pensais seulement lire quelques pages pour avoir un aperçu mais elles s’enchaînaient sans que je m'en rende compte. L'écriture est tellement fluide, j'ai lu ce roman dans le temps de le dire même si certains éléments m'agaçaient...

Je ne sais pas trop comment décrire ce roman, il est très difficile d'y mettre une étiquette (et c'est probablement une bonne chose). L'héroïne travaille pour une vieille dame très connue dans le milieu artistique. Elle fait tout pour elle : gérer ses réseaux sociaux, planifier ses sorties, lui trouver une coiffeuse, promener son chien, etc. En parallèle, elle souhaite écrire elle qui prétend être écrivaine mais elle manque d'inspiration et de temps libre. Encore en parallèle, elle couche à gauche et à droite, avec des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, etc. Il y a plusieurs scènes de sexe avec beaucoup trop de détails... Je n'ai pu me retenir de lâcher quelques "ben voyons!". Nous sommes loin des traditionnels  romans de chick lit même si on y retrouve beaucoup de similitudes. Je ne crois pas que les auteures se prennent au sérieux et c'est très bien ainsi. C'est drôle, déjanté et totalement libre ! Le seul petit hic : je n'ai pas vraiment cru à l'histoire d'amour et à cette fin... Je n'en dis pas plus.

Albertine ou La férocité des orchidées m'a fait passer un bon moment sans être une lecture marquante. Il sera en librairie dès le 3 octobre.

Albertine ou La férocité des orchidées - Julie Boulanger et Amélie Paquet
Éditions Québec Amérique 2017
238 pages

mercredi 20 septembre 2017

Longs cheveux roux - Meags Fitzgerald

Résumé :

La jeune Meags est une enfant comme les autres, bien qu'elle sente déjà au fond d'elle-même qu'elle n'est pas exactement comme ses amies. Longs cheveux roux est un récit autobiographique intimiste sur fond de sorcellerie et de solidarité féminine, dans lequel Meags Fitzgerald revient sur ses premiers émois amoureux de même que sur la découverte et l'acceptation de sa propre bisexualité. S'inspirant de ses expériences personnelles, l'auteure propose une réflexion forte et articulée sur la différence, la place des femmes à travers l'histoire ainsi que l'influence de la culture populaire sur la construction de notre identité.

Publié en anglais en 2015, Longs cheveux roux a connu un succès critique marqué dans sa version originale.


Voici un autre album lu cet été. C'était il y a un moment déjà mais je n'en avais pas parlé ici. La bédéiste Meags Fitzgerald, qui m'était inconnue, est une canadienne anglophone qui doit avoir à peu près mon âge. Dans ce roman graphique, elle raconte son enfance dans les années 90 puis son adolescence à travers différentes anecdotes. Jeune fille curieuse et allumée, elle est fascinée par l'étrange, la magie, le fantastique, la sorcellerie puis... les longs cheveux roux ! Elle découvre également durant ces années que son orientation sexuelle est différente de la majorité de ses copains, elle est bisexuelle.

J'ai beaucoup aimé le retour en arrière offert par cet album. J'y ai retrouvé plein de références de mon enfance et mon adolescence : émissions de télévision, des livres et même des jeux de société ! Les thèmes sont abordés de belle façon (la chasse aux sorcières ou plutôt la chasse aux homosexuels est intéressante) mais ils ne le sont qu'en surface. J'aurais aimé plus de profondeur. J'ai tout de même aimé Longs cheveux roux pour ses dessins, ses thèmes et surtout, pour le plaisir nostalgique qu'il m'a procuré !
Longs cheveux roux - Meags Fitzgerald
Editions POW POW 2017

96 pages

samedi 16 septembre 2017

Routes secondaires - Andrée A. Michaud

Quatrième de couverture :

Qui est Heather Thorne, cette jeune femme frappée d’amnésie qui ne sait plus si elle existe réellement ou si elle n’est que le double d’une inconnue croisée par un jour d’octobre ? Et qui est Andrée A. Michaud, cette écrivaine qui se demande si elle n’a pas usurpé la place d’une morte et si son véritable nom n’est pas Heather, Heather Thorne ? Regardant défiler les saisons depuis les fenêtres de son bureau, l’écrivaine tentera de déterminer de quel passé trouble a surgi la jeune femme qui l’obsède et menace de l’entraîner au cœur d’une forêt où elle sera dévorée par sa propre histoire.


Routes secondaires est ma première lecture de la rentrée littéraire de l'automne 2017. Je l'ai choisie car Andrée A. Michaud est aussi l'auteure de Bondrée, un polar que j'ai adoré et que j'ai conseillé à maintes reprises.

J'ai été ravie de retrouver l'écriture d'Andrée A. Michaud qui est toujours aussi dense et sublime. Son style est unique et reconnaissable. Par contre, le récit de Routes secondaires était pour moi très confus. Le réel se mêle à l'imaginaire, le mensonge à la vérité et les personnages ne sont jamais ceux que l'on croit qu'ils sont. Tout un casse-tête ! C'est à vous de voir si vous aimez ce procédé. Pour ma part, j'ai trouvé la lecture très exigeante. Je n'ai pas été aussi emballée que lors de ma lecture de Bondrée qui avait été une révélation. Si j'avançais tout de même rapidement ma lecture, c'est grâce à l'écriture fluide qui coule doucement. Les phrases sont belles et les images fortement inspirées par la nature. Les saisons y sont vraiment bien décrites. Il y a d'intéressantes réflexions sur le processus de création et l'écriture. J'ai aimé les courtes allusions aux personnages de Bondrée ou de ses précédents romans. Les personnages sont au coeur des questionnements de l'auteure.

Au final, le talent d'Andrée A. Michaud est évident mais j'aurais aimé être un peu moins dans le flou. J'ai compris le texte d'une certaine manière mais je ne suis pas sûre que ce soit la bonne... Ça c'est si jamais il y en a une bonne.

Routes secondaires - Andrée A. Michaud
Éditions Québec Amérique 2017
248 pages

vendredi 8 septembre 2017

La servante écarlate - Margaret Atwood

Quatrième de couverture :

Alors que la natalité ne cesse de baisser, Defred doit mettre au service de la république de Giléad, récemment fondée par des fanatiques religieux, son attribut le plus précieux : sa matrice. A travers le portrait de cette femme, l'auteure dresse un réquisitoire sans appel contre tous les intégrisme. Prix de la Paix des libraires allemands 2017 décerné à l'auteure.


Le roman La servante écarlate n'est pas une nouvelle parution, il a été publié pour la première fois en 1985. Il a été réédité suite au succès monstre de la série télévisée et on le voit maintenant partout ! En juin, je l'ai cherché dans bon nombre de librairies et de bouquineries en vain. C'était presque impossible de mettre la main dessus ! Il m'a fallu attendre quelques semaines me procurer cette nouvelle édition.

L'histoire est celle de Defred qui est devenue malgré elle une servante écarlate. Elle vit dans la maison d'un famille plus riche. Elle doit se vêtir de rouge chaque jour et doit porter l'enfant de son Commandant car les Épouses ne sont plus fertiles. Être capable d'enfanter est devenu une rareté à Gilead, l'Amérique cauchemardesque du futur.

Cette dystopie est glaçante avec son Mur, les Yeux, les Tantes, etc. L'atmosphère est oppressante et on ressent la lassitude et l'angoisse que vit Defred qui a connu le monde d'avant tel que nous le connaissons. Elle peut mesurer sa liberté perdue. D'ailleurs, c'est très intéressant lorsqu'elle raconte les minimes changements qui sont survenus peu à peu et qui ont finalement mené à la fin de notre ère. J'ai eu l'impression que l'auteure nous met en garde. Le récit est féministe. Cependant, je ne considère pas que les hommes connaissent un bien meilleur sort à Gilead. La majorité n'est pas véritablement libre non plus.

La fin est marquante. Elle est à l'image du reste du récit : elle est froide et ouverte. Je l'ai apprécié même si j'aurais aimé avoir quelques réponses de plus. Je n'ai pas réellement compris les Notes Historiques à la toute fin. Est-ce un ajout de l'auteure ? Existaient-elles lors de la première parution ? Devrait-on s'y fier ? Bref, si quelqu'un peut m'éclairer, j'en serais heureuse ! Je vais aller jeter un coup d'oeil à la série maintenant. J'ai lu quelque part qu'elle était supérieure au livre... Vraiment ?

La servante écarlate - Margaret Atwood
Éditions Robert Laffont 2017
521 pages